INUMAGINFO, Le magazine d'information vidéo du web

Photo
ROBERT CAPA PAR BERNARD LEBRUN pour magazine information photo/video inumaginfo

Bernard LEBRUN l'un des auteurs
du livre "Robert CAPA, traces d'une légende".

Publié le 17/10/2011
MAJ 08/11/2018

Bernard Lebrun lors de la cérémonie

Plaque commémorative en hommage à Robert Capa

Le 08 novembre 2018 à 11 heures, à l'initiative de monsieur Bernard LEBRUN une plaque commémorative en hommage
à Robert Capa, Gerda Taro et Chim (trois pionniers du reportage de guerre) sera inaugurée au 37 de la rue Froidevaux
à Paris 14ème - adresse historique de l’atelier Robert Capa".

plaque ROBERT CAPA PAR BERNARD LEBRUN pour magazine information photo/video inumaginfo

Robert CAPA, traces d'une légende...

Avec la sortie, le 3 novembre prochain, "Robert CAPA, traces d'une légende" aux Editions de la Martinière , co-écrit
par Michel LEFEBVRE - journaliste au Monde - et Bernard LEBRUN - journaliste à FranceTélévisions - INUMAGINFO vous propose de découvrir ou redécouvrir, à travers les réponses de Bernard LEBRUN, Monsieur ROBERT CAPA, un photographe - journaliste - hors du commun.

INUMAGINFO - Pourquoi un énième livre sur Robert CAPA ?

Bernard Lebrun : Les livres consacrés à la vie et l'oeuvre de Robert Capa, ne sont pas si nombreux.
Son oeuvre - environ 70 000 photographies (de 1932 à 1954) est déclinée en livre,  selon ses différents reportages :
Espagne, Chine, Seconde Guerre Mondiale, URSS, Israël, Indochine.
Quelques autres livres ont donné naissance à une vision plus transversale de son travail : son regard sur les enfants, par exemple, au travers l'histoire du XXe siècle; ou encore sur sa démarche : "Capa at work" édité aux Etats-Unis par l'International Center of Photography de New York , fondé par son jeune frère Cornell Capa en 1973.

Mais il y a bien longtemps que les propres livres de Bob Capa, édités de son vivant, demeurent introuvables. Michel et moi avons rédigé un nouveau livre consacré à Robert Capa, car nous disposions de sources parisiennes inédites (archives privées) le concernant.

Il ne s'agissait pas pour nous de répéter à l'infini ce qui a déjà été écrit sur lui. Surtout pas. Ce livre a l'ambition d'étudier les conditions de production de son oeuvre, avec, bien sur, pour principal vecteur : la presse. L'inventaire de la publication dans les magazines et la presse quotidienne de l'oeuvre de Capa est toujours en cours.

Il demeure impossible d'être exhaustif sur la question, tant son oeuvre a connu un succès... mondial, dés les années Trente. Notre livre comprend nombres de faits et d'images totalement inédits jusqu'alors.

INUMAGINFO - Pourquoi le titre "traces d'une légende" ?

Bernard Lebrun : C'est la particularité de la vie, et donc de l'oeuvre de Robert Capa : Juif hongrois en exil; fuyant le nazisme, tant par conviction que par goût de la liberté, il va disséminer au travers ses villes de résidences  - Paris surtout,  mais aussi New York, Londres et beaucoup d'autres - les traces de son activité et le souvenir de son passage. Toute sa vie, l'homme vécut à l'hôtel.

Sans appartement à lui et sans jamais avoir trouvé le temps ou le goût de fonder une famille : "solitaire, célibataire
et nomade"
comme l'écrivait Raymond Depardon dans les années 70, à propos de sa vie de reporter. Ce n'est pas qu'un mythe. C'est une réalité qui s'impose de fait.

Mais à Paris, pour une fois - de 1937 à 1939 - Capa a loué l'unique Atelier-Studio-Photos de sa brève vie professionnelle. Ce sont les "traces" produites, puis entassées et oubliées à Paris par ce photojournaliste de légende. Comme tous les hommes célèbres, foudroyé en pleine gloire à 40 ans, Capa est une "légende" de la profession, la notre. Tout comme James Dean l'est pour le public et les acteurs, "légende" authentique d'Hollywood. L'inventeur même - (avec, des années avant, des aînés lui ouvrant la voie : on écrit que si Capa est l'inventeur et le père du photojournalisme; Erich Solomon, dans les années Vingt de la République de Weimar en Allemagne en est dit-on, " le grand- père" !) - de cette profession, contemporaine de l'apparition de la presse d'actualité illustrée, qui ont constitué le départ de notre livre.

Traces éparses et rares, auxquelles nous avons tenté de restituer une lisibilité et une visibilité.

INUMAGINFO - Pourquoi une collaboration avec un confrère pour l'écriture de ce livre ?

Bernard Lebrun : Le goût pour la même période et la même recherche de ses "traces" dans la presse et l'édition, y compris photographique (ah les marchés aux puces et autres marchés de vieux papiers si pleins de noblesse et de "trésors" pour nous deux !) ; le goût pour la Guerre d'Espagne et les Brigades Internationales et notre lien par nos racines familiales à cette noble épopée des "Vaincus"; l'envie de travailler ensemble pour mêler nos collections personnelles est une évidence : on travaille mieux et plus vite à deux que tout seul !

INUMAGINFO - Comment interpréteriez-vous   "Si ta photo n'est pas bonne, c'est que tu n'étais pas assez près", phrase de Robert CAPA et/ou de son amie Gerda Taro ?

Bernard Lebrun : Cette citation est bien de Robert Capa. On peut affirmer qu'il s'agissait pour lui d'une devise et d'une doctrine; d'un mode de vie et de raison d'être, qu'il enseigna et répéta à ses jeunes recrues de l' Agence Magnum qu'il fonda en 1947 et dirigea jusqu'au début des années Cinquante. Pour autant, il manque dans cette formule l'essentiel de ce qui définit son style et le personnalise: l'ACTION. Le sujet en action. Au plus près de l'action. Rare, très rare, sont ses photos posées. A l'exception de quelques portraits et encore, il s'agissait de commandes !

INUMAGINFO - Quelles photos vous ont le plus émues ?

Bernard Lebrun : Dans l'oeuvre de Robert Capa, mon image préférée demeure celle de la petite fille pleurant devant une toile de tente dans un camp de réfugiés en Israël, en 1948. De celles découvertes, deux images rarissimes de Capa au travail : la première découverte par Michel, montrant Capa photographiant à l'automne 1938 la "Despedida" des Brigades Internationales en Espagne. La seconde, est la découverte d'un site Normand travaillant sur les archives de la Seconde Guerre Mondiale, montrant Capa entrain de recharger son boîtier lors de la Libération du village de Saint-Sauveur le Vicomte, en juin 1944. Deux photographies prises par des inconnus. Mais les entrées de champ de Capa étaient fréquentes tant il bougeait vite pour prendre ses photographies. INUMAGINFO - A la lecture de votre livre on sent une fascination pour Endre FRIEDMANN dit Robert CAPA, comment la définiriez-vous ?

Bernard Lebrun : Pas une fascination, mais un infini respect et une passion dévorante, tant pour l'oeuvre que pour l'itinéraire fascinant de l'homme. Sa vie est une "success story" à l'américaine : celle d'un quasi clochard débarquant à Paris en 1933, qui finira sa vie à la tête d'une agence mondiale qui existe toujours : Magnum Photos. Une story écrite à Paris, dans les rues et les immeubles de sa ville préférée.

INUMAGINFO - Robert CAPA, que représente-t-il pour vous, il est plutôt un journaliste, un artiste ou un humaniste ?

Bernard Lebrun : Photographe bien sûr, mais d'abord et avant toute chose : JOUR-NA-LIS-TE ! La signature préférée de Capa demeurera, de ses articles (méconnus) comme pour ses fabuleuses mémoires : "ROBERT CAPA, photos de l'auteur". Il était un auteur et devint photographe après avoir toujours voulu écrire et devenir journaliste. Ce qu'il devint à la fin de sa vie. Mais la gloire de ses "icônes", ses photographies inoubliables qui ont immortalisé les conflits du XXè siècle (il couvrit 5 guerres) ont pris le pas sur le reste... de son activité journalistique.

Un jour on redécouvrira sa plume, si particulière et si proche de son style photographique.

INUMAGINFO - N'est-ce pas l'homme que vous auriez voulu être ? Mélangeant le danger et l'amour des femmes!!!! Sourire.

Bernard Lebrun : Non. Il n'y a qu'un Capa. Il est définitivement unique, cela va de soit. Qui plus est, sans fils, ni successeur. Mais avec nombre de disciples et héritiers spirituels (dont certains se revendiquent), comme tous les pionniers et maîtres.

INUMAGINFO - Vous est-il arrivé, lors de la couverture des différents conflits de vous identifier à Robert CAPA ?

Bernard Lebrun : Non. De s'inspirer de son courage et de sa volonté, oui. Et plus encore, de sa façon bien à lui de se préparer, d'anticiper afin d'être au bon endroit au bon moment. Le lire en mission de guerre, peut aider à retrouver le sourire.

Fondamentalement, nos métiers ne sont pas très différents entre hier et aujourd'hui. Il y a beaucoup de permanences. Y compris dans la vie des "caravanes de presse" ou le travail "embeded" au sein des unités militaires.

Rien n'a changé. Seul, le regard fait la différence.

INUMAGINFO - Pour vous, les circonstances de la mort de Robert CAPA, n'était-ce pas son destin ?

Bernard Lebrun : Même si la mort est l'inéluctable destin de l'homme, on ne peut prétendre qu'à 40 ans, tel était le destin de Bob Capa. Pas plus que pour Gerda Taro sa compagne, morte écrasée par un char en Espagne en 1937 ou encore, celui de Chim, David Seymour, le grand ami de Capa avec qui il fonda Magnum, mort en 1956 sur les rives du Canal de Suez sous les balles d'un mitrailleur Égyptien.

Tous les trois n'ont fait que leur devoir et vécu leur passion jusqu'au bout. Avec pour seule arme, leurs appareils photos. Témoigner était leur unique motivation.

Capa et ses amis ont longtemps pensé qu'une image, une photographie de guerre, pouvait changer le cours de l'histoire. Avec modestie et discernement, ils savaient aussi qu'il fallait encore que le public - les lecteurs et donc citoyens - voient ou regardent ces images. Jamais cyniques, toujours sceptiques, Robert Capa et ses amis étaient aussi fort réalistes.

INUMAGINFO - Un grand merci à vous, Bernard LEBRUN et Michel LEFEBVRE,
co-auteurs d'un sublime ouvrage sur Robert CAPA.

F.L.E.G © le duo d’INUMAGINFO - Osez l’INFO avec un autre regard

Sur le même thème

"Mort d’un Milicien" à vendre

Le cliché "Mort d’un Milicien" sera mis à la vente aux enchères de "WestLicht*" le 23 novembre 2018.

La photo prise en 1936 pendant la guerre civile espagnole, représente un milicien républicain mortellement blessé par une balle ennemie. Il est généralement considéré comme l’un des enregistrements les plus importants de tous les temps en temps de guerre et un symbole de la lutte contre le fascisme a déclaré Richard Whelan - expert du travail de Robert Capa.

*Le "WestLicht" à Vienne en Autriche est le premier site dédié à la Photographie.

Photos de / et Robert CAPA

livre robert capa traces d'une légende lebrun lefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livre robert capa traces d'une légende lebrun lefebvre livre robert capa traces d'une légende lebrun lefebvre livre robert capa traces d'une légende lebrun lefebvre livre robert capa traces d'une légende lebrun lefebvre livre robert capa traces d'une légende lebrun lefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre livrerobertcapalebrunlefebvre

livrerobertcapalebrunlefebvre

Un jour on redécouvrira sa plume, si particulière et si proche de son style photographique. "Si ta photo n'est pas bonne, c'est que tu n'étais pas assez près" phrase de Robert CAPA.

INUMAGINFO remercie l'éditeur et l'International Center Of Photography/Magnum pour les extraits et les photos du livre.

Le livre "Robert CAPA, traces d'une légende"

livre capa

un livre de Bernard LEBRUN, Michel Lefebvre et la collaboration de Bernard Matussière aux Ed.de Lamartinière. INUMAGINFO remercie l'éditeur et l'International Center Of Photography/Magnum pour les extraits et les photos du livre.

couverture bd CAPA



Robert CAPA en BD avec "Omaha beach, 6 juin 1944" édité chez Magnum Photos/Aire Libre - Editions Dupuis.

couverture bd CAPA

"Capa L'étoile filante"
Le biopic sans fard d'une légende de la photographie de Florent Silloray pour le scénario et le dessin.

Robert Capa dresse le bilan d'une vie passée à couvrir les champs de bataille du monde entier. Loin de l'image de tête brûlée qui lui colle à la peau et qui a fait de lui une légende du photojournalisme, il se raconte sans fard et dévoile la blessure originelle qui a décidé de toute son existence...

L'exposition "Robert CAPA"

affiche exposition



"La Valise mexicaine Capa, Taro, Chim" exposition au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme du 27 février 2013 au 30 juin 2013

INUMAGINFO remercie l'éditeur et l'International Center Of Photography/Magnum pour les extraits et les photos du livre.

Entretien avec Michel Lefebvre - co-auteur et journaliste au Monde