INUMAGINFO, Le magazine d'information vidéo du web

POLITIQUE
magazine information reportages video inumaginfo

Jupiter en marche pour anéantir le Président Macron ?

Publié le 24/07/2017.

Quand la communication devient une erreur politique

Jupiter chute dans les sondages. Les Français mettent fin à la frénésie mythologique d’Emmanuel Macron.
Celui qui s’assimile au dieu des dieux et des hommes voit sa cote de popularité s’effondrer de 10 points en 1 mois. Les Français rappellent à l’ordre le Président de la République pour agir en tant que tel.
Les premiers mois du Chef d’État qui veut aller vite s’apparentent à une valse de faux pas : tergiversation dans l’application des réformes, exemplarité polluée par les affaires et erreurs de langage en cascade. A moins de 100 jours de son mandat, Emmanuel Macron brille par ses sorties linguistiques méprisantes et révèle une autorité antirépublicaine.

Mais le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien, c'est différent



Une gare, c'est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien



Quand des pays ont encore aujourd'hui sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d'y dépenser des milliards d'euros, vous ne stabiliserez rien




J’ai pris des engagements, je suis votre chef.

La phrase de trop pour les Français, grand soutien de son armée. L’excès d’autoritarisme de cet élu qui n’a jamais effectué son service militaire devrait s’appliquer le proverbe : tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler... surtout lorsqu’il s’adresse à la grande muette.
La démission du Chef d’état-major des armées après sa passe d’armes avec le Président de la République sur la coupe de 850 millions d’euros dans le budget alloué à la défense révèle la réalité d’une crise inédite sous la cinquième république entre l’armée et le chef de l’exécutif. Le ton donné par le Chef d’état-major des armées (CEMA) lors de son audition à huis clos devant les parlementaires de la commission de la Défense à l’Assemblée nationale déplaît au Président de la République.
Le général de Villiers use de sa joute verbale Je ne vais pas me laisser baiser comme ça, Je ne pourrai plus regarder mes gars dans les yeux si on réduit encore nos moyens comme offensive pour contrer la nouvelle restriction budgétaire sur les équipements de l’armée française et rappeler à l’exécutif sa promesse d’augmentation du budget de la défense.
Une prise de position à laquelle Emmanuel Macron riposte dans son discours devant les forces de l’armée française.
Je considère pour ma part qu’il n’est pas digne d’étaler certains débats sur la place publique. J’ai pris des engagements, je suis votre chef. Les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir et je n’ai à cet égard besoin de nulle pression et de nul commentaire.


En cette veille de fête nationale, la réaction du chef d’État est le déclencheur d’une faute politique majeure.
Le Président de la République s’égare dans un déni de démocratie lorsqu’il en appelle au droit de réserve du CEMA. Le Parlement est en droit d’être informé, la tenue des débats est garante de l’équilibre des pouvoirs. Et la petite phrase je suis votre chef pour fragiliser le Chef d’état-major des armées devant ses troupes révèle un aveu de faiblesse du Président, un chef respecté n’a nul besoin de l’afficher sur la place publique.
La querelle interne se déclare en une guerre de communication, le général part au front sur les réseaux sociaux.
Le jour de sa descente de l’avenue des champs Élysée au côté d’Emmanuel Macron, le général de Villiers publie sur son compte Facebook le message Confiance dont les lignes laissent présager une démission à venir.
Le Président se défend dans la presse et déclare dans le JDD, deux jours après le défilé militaire :

La République ne marche pas comme cela. Si quelque chose oppose le chef d’état-major des armées au président de la République, le chef d’état-major des armées change.



Le général de Villiers assume ses désaccords avec le nouveau chef d’État et reste fidèle à ses engagements. Il acte sa démission dans un communiqué paru mercredi 19 juillet.




La décision du général déclenche de vifs soutiens politiques, civils et militaires. À son départ, ses troupes lui dressent une haie d’honneur pour le remercier du service rendu à la nation et de sa loyauté envers ses hommes.

Affaibli, le Président de la République se lance dans une campagne de réconciliation avec son armée. La mise en scène du Président vêtu des habits de sous marinier puis d’aviateur agace.





À trop vouloir imposer sa stature de Chef suprême, Emmanuel Macron oublie l’humilité de l’homme d’État qu’il doit être.

F.L.E.G © INUMAGINFO.COM.



Le Président Macron : Je ne laisserai personne dire que des choix budgétaires se font aux dépens de votre sécurité.



Le Président Macron : Le général Lecointre a toute ma confiance.





A découvrir les reportages :



L'actualité des réseaux en Live